Odontologie (Dentaire)

Le métier

La chirurgie dentaire n'est pas une discipline paramédicale, comme beaucoup de gens le pensent.

Le chirurgien-dentiste observe, enquête, diagnostique et soigne ses patients lui-même. Il est non seulement compétent sur le plan théorique mais aussi sur le plan pratique : il est chirurgien. C’est une profession essentiellement manuelle, très variée, qui présentent différents modes d’exercices. Le chirurgien-dentiste salarié peut s'installer en libéral seul ou groupe :

  • La majorité des chirurgiens-dentistes exercent en cabinet (90%) : Jusqu’à présent l’exercice du métier de chirurgien-dentiste était quasi exclusivement libéral. Ce mode d’exercice permet de choisir son lieu d’exercice, son matériel, mais aussi exercer dans des locaux modernes et conformes, aménagés selon son goût. Le jeune chirurgien-dentiste peut alors choisir de créer son cabinet ou reprendre le cabinet d’un confrère sur le départ. Chaque solution ayant ses avantages et inconvénients.
  • Le reste de l'activité se partageant au sein d'établissements médicaux privés ou publics (centres de soins, hôpitaux ou cliniques) en statut salarié. Certains praticiens décident de travailler en cabinet ET à l’hôpital.
  • L'association séduit un nombre croissant de praticiens. En effet, certains se regroupent au sein de maisons de santé pluridisciplinaires, afin d'être moins isolés dans leur pratique. En centre de santé dentaire, le dentiste bénéficie de l'appui médical de confrères : chirurgien-dentiste, orthodontiste, radiologue, orthophoniste...

Le métier de chirurgien-dentiste peut s’exercer à l’hôpital, en clinique, en cabinet de ville, en maison de santé et en centre de santé.

Comme beaucoup de métiers du secteur médical, choisir de devenir chirurgien-dentiste commence par une véritable vocation : celle de soigner et d'être utile aux autres, alliée à une forte technicité et un goût prononcé pour les sciences. Spécialiste des pathologies des dents, des gencives et de la mâchoire, il établit des diagnostics, et effectue les soins adéquats, parfois sous anesthésie. Par exemple, il extrait des dents de sagesse, réalise une greffe de gencive lorsque les dents se déchaussent, implante des pivots dans l'os de la mâchoire. Son intervention doit restaurer l'efficacité de la mastication, mais elle a aussi des visées esthétiques. Pour établir son diagnostic, il peut faire des radiographies. Il a également un rôle de prévention auprès du patient. Le chirurgien-dentiste est amené à réaliser des opérations chirurgicales parfois délicates, au sein d'un cabinet ou en milieu hospitalier. Enfin, il prescrit des traitements sur ordonnance. Pour soigner grands et petits, outre son habileté technique et sa dextérité, il doit faire preuve d’écoute, de tact et de psychologie.

Les chirurgiens-dentistes peuvent également devenir chercheurs ou enseignants en faculté de chirurgie dentaire. Une évolution vers des postes d'enseignants-chercheurs en milieu hospitalier ou dans la recherche industrielle (industrie pharmaceutique) est également possible.

 

Les études

Les études sont longues (minimum 6 ans) et sont divisées en 3 cycles :

  • 1er cycle (pré-clinique) : le cycle du DFGSO (Diplôme de Formation Générale en Sciences Odontologiques). Dure 2 ans, 3 ans en comptant la PACES.
  • 2ème cycle (clinique): le cycle du DFASO (Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Odontologiques) ou Externat. Dure 2 ans. A la fin de ce cycle, les étudiants vont devoir faire un choix : présenter le concours de l’internat, ou pas. Le 3ème cycle s’effectuera en fonction de cette décision.
  • 3ème cycle:
    • Court: 1 an. A la fin de ce cycle, l’étudiant, après soutenance d’une thèse, obtient le Diplôme d’Etat de Docteur en Chirurgie Dentaire, délivré à l’issue de la validation de cette sixième et dernière année.
    • Long: 3 ou 4 ans. Concerne l’étudiant qui passe l’internat (et qui est reçu !). Cycle de spécialisation qui vise à former des orthodontistes, des chirurgiens spécialisés et des spécialistes des pathologies lourdes. L’étudiant choisi l’une des filières suivantes : Orthopédie Dentofaciale/Orthodontie (3ans), Chirurgie Orale (pose d'implants, extraction, dépistage du cancer...) en 4 ans, et Médecine Bucco-Dentaire (soins, prothèses...) en 3 ans. A la fin de ce cycle, l’étudiant, après soutenance d’une thèse, obtient le Diplôme d’Etat de Docteur en Chirurgie Dentaire et un Diplôme d’Etudes Spécialisées (DES). L’internat est très sélectif (ex : 16 places en Orthopédie Dentofaciale, 16 en Chirurgie orale et en Médecine Bucco-Dentaire), et comme pour les étudiants en médecine, les étudiants en odontologie choisissent aussi un couple spécialité-ville d’internat.

 

 

La recherche

La recherche est, avec l'enseignement et le soin, l'une des trois missions des Centres Hospitalo-Universitaires. Cette mission est devenue un enjeu collectif majeur au cours de cette dernière décennie. La formation à la Recherche s'ouvre, pour les étudiants en médecine, pharmacie ou odontologie, vers les carrières de chercheurs, les carrières universitaires et hospitalo-universitaires.

Les étudiants qui souhaitent s’orienter vers la recherche doivent acquérir des connaissances scientifiques suffisantes en préparant un Master Recherche et un Doctorat. Ce cursus complémentaire aux études d’odontologie est proposé à partir de la DFGSO2 (2ème année) et débute par le M1 Santé (1ère année de master). La formation à la recherche, pour les étudiants en médecine, pharmacie ou odontologie, se fait parallèlement à leur cursus principal.

 

Différence Garancière/Montrouge :

A Garancière, les étudiants ont beaucoup de TP dès la 1ère année, en parallèle d’une formation théorique.

A Montrouge, la 1ère année est essentiellement théorique mais avec un stage à l’hôpital dès le 2ème semestre, une demi-journée par semaine.